Imprimer

Télécharger

Dossiers thématiques Sociétés cotées & opérations financières: Zoom sur l'obligataire

L'AMF publie une étude sur la liquidité des marchés obligataires

Publié le 16 novembre 2015

Devant les inquiétudes croissantes de la communauté financière sur la liquidité des marchés obligataires, l’Autorité des marchés financiers a entrepris d’examiner plus en profondeur son évolution sur longue période. Selon les premiers résultats de ses recherches, la liquidité se serait améliorée depuis début 2012, sans toutefois retrouver ses niveaux d’avant crise. Une bonne tenue qui ne présage toutefois pas sa résilience en cas de choc sur les marchés.

Depuis plusieurs mois, la communauté financière exprime son inquiétude concernant une diminution de la liquidité des marchés obligataires. Les contraintes règlementaires adoptées pour répondre à la crise sont parfois pointées du doigt comme une cause de cette baisse de la liquidité.

Dans ce contexte, la Division de la Surveillance des Marchés et la Division Etudes, Stratégie et Risques de l’Autorité des marchés financiers ont entrepris d’analyser l’évolution de cette liquidité depuis 2005 sur le marché français.

En se basant sur des indicateurs validés par la recherche académique, l’AMF a construit un indicateur composite de suivi de l’évolution de la liquidité. La pertinence de cet indicateur a été rehaussée par l’utilisation des données de transactions dont seule l’AMF dispose au titre de ses missions.

Les premiers résultats de cette étude montrent que la liquidité sur les obligations françaises n’a pas disparu. Elle se serait même améliorée depuis 2012, revenant vers les niveaux atteints avant le déclenchement de la crise de la dette souveraine datant de 2011. Le niveau de liquidité actuel reste néanmoins inférieur à celui observé avant la crise des subprimes (2005-2007).

Si le niveau général de liquidité apparait satisfaisant dans des conditions habituelles de marché, sa résilience en cas de chocs reste incertaine.

Les résultats de l’analyse menée montrent que, au-delà des règlementations post-crise dont l’influence est incertaine, des facteurs d’ordre conjoncturel tel que le niveau d’appétence au risque semblent avoir affecté significativement la liquidité.

L’AMF va poursuivre ces travaux pour affiner les résultats observés et consolider l’analyse qui peut en être faite.

Haut de page

Mentions légales :
Responsable de la publication : Le Directeur de la Direction de la communication de l'AMF
Contact : Direction de la communication, Autorité des marchés financiers - 17, place de la Bourse - 75082 Paris Cedex 02