Imprimer

Télécharger

Produits & supports d'investissement Types de produits: Produits complexes (CFD, warrants, options, etc.)

Produits complexes

Publié le 3 octobre 2016

Certains instruments financiers sont plus complexes que les placements traditionnels. Ils sont réservés à des investisseurs avertis qui ont conscience des risques importants attachés à ces produits.

Les CFD

Avertissement
Les CFD sont des produits très risqués.
Ils s’utilisent sur une ou plusieurs journées. Ils ne répondent aucunement à des besoins d’investissement de moyen ou long terme.
Si vous souhaitez investir en CFD, n’y investissez que si vous avez pleinement conscience des risques attachés à ce produit et n’y consacrez qu’une petite partie de votre épargne.
Enfin, vérifiez que le site internet qui vous propose des CFD est bien autorisé en France. Pour cela, consultez le site REGAFI (registre des agents financiers). 

Qu’est-ce qu’un CFD ?

Les CFD (« contrats pour la différence ») sont des produits financiers qui permettent de parier sur les variations à la hausse ou à la baisse d’un « actif sous-jacent » sans jamais le détenir. En effet, lorsque vous passez des ordres sur les CFD, vous négociez sur un produit « dérivé ». Cela signifie que vous n'êtes pas propriétaire des valeurs sur lesquelles vous spéculez.

L’actif sous-jacent peut être par exemple un indice, une paire de devises (une monnaie contre une autre) ou une action. L’acheteur d’un CFD parie, c’est-à-dire prend une position, sur la hausse du sous-jacent, tandis que le vendeur parie sur une baisse, sachant qu’un CFD évolue la plupart du temps comme son sous-jacent.
A la clôture de la position, vous gagnez ou perdez la différence entre le prix d’achat du CFD et son prix de vente.

Qu’est-ce que l’effet de levier ?

Les CFD sont en général proposés avec un effet de levier. L’effet de levier est un multiplicateur de gains ou de pertes. Le courtier peut vous proposer un levier allant jusqu’à 400. Par exemple, avec un levier de 20, pour 100 € sur votre compte, vous prenez une position de 2 000 € (20*100).

Quels sont les principaux risques des CFD ?

Les CFD comportent des risques importants. A très court terme, il est difficile de prévoir l’évolution d’un actif sous-jacent. Si son évolution ne se fait pas dans le sens que vous avez anticipé, le risque est de perdre toute votre mise de départ et même beaucoup plus avec un effet de levier.
Il ne s’agit pas du seul risque. Dans certains cas, quand une position reste ouverte alors que le marché de l’actif sous-jacent est fermé, le prix du CFD peut diverger du cours de clôture de l’actif. Il peut y avoir aussi des décalages entre le moment où vous passez votre ordre et le moment où celui-ci est exécuté. En quelques secondes, le cours du sous-jacent peut avoir accéléré sa hausse ou sa baisse, ce qui peut vous faire perdre de l’argent.

Comment acheter et vendre des CFD ?

Les CFD n’ont pas de date d’échéance particulière. Certains cotent 24h sur 24h, 5 jours sur 7. Vous pouvez les négocier quand vous le décidez.

Les CFD sont émis par les intermédiaires financiers, c’est-à-dire les sites internet qui les proposent.

Ils s’achètent et se vendent comme des actions mais ne sont pas cotés selon l’offre et la demande : chaque CFD est un contrat passé entre un intermédiaire et un investisseur. Cet intermédiaire vous proposera le prix qu’il aura fixé lui-même.

Quels sont les frais liés à un investissement dans un CFD ?

Acheter et vendre des CFD entraîne des frais correspondant au coût du « spread », c’est-à-dire de la différence entre le prix d’achat et de vente du CFD. Par exemple, un CFD s’achète 101 € et se vend 99 €.
Pour les CFD actions, en revanche, une commission proportionnelle est appliquée : par exemple 0,1% du montant investi. En général, une commission minimale est également prévue (10 € par exemple).

En résumé

  • Les risques des CFD sont importants ; une position peut vous faire perdre tout votre dépôt, voire plus, en quelques secondes.
  • Le choix de CFD est varié (indice, Forex, actions, matières premières…).
  • Les CFD ne font l’objet d’aucun agrément ni visa de l’AMF.

Les « futures »

AvertissementLes futures sont des produits de spéculation risqués. Ils ne répondent aucunement à des besoins d’investissement de moyen ou long terme.
N’investissez pas si :
- vous ne voulez pas prendre de risque pour votre épargne,
- vous ne comprenez pas le fonctionnement de ces produits.
Si vous investissez :
- n’y consacrez qu’une petite partie de votre épargne (pas plus de 5%),
- n’investissez dans ces produits que sur les sites internet autorisés en France, en vérifiant leur agrément et autorisation sur le site REGAFI (le registre des agents financiers). 

Qu’est-ce qu’un future ?

Le future est un contrat à terme par lequel deux parties s’engagent à acheter ou vendre une quantité déterminée d’un actif sous-jacent (une action ou un indice boursier par exemple), à une date d’échéance et à un prix convenus à l’avance. Il permet d’anticiper les variations futures d’un actif sous-jacent et peut donc servir à couvrir un portefeuille contre les fluctuations à venir du marché. Il permet aussi de dynamiser les performances de son portefeuille. Le future constitue un engagement ferme : il doit être exécuté à sa date d’échéance par ses contreparties. C’est-à-dire que l’acheteur du future doit acheter l’actif sous-jacent au prix convenu et le vendeur doit livrer l’actif.
Au moment de l’achat (vous anticipez une hausse de l’actif sous-jacent) ou de la vente (vous anticipez la baisse de l’actif sous-jacent) de future, un dépôt de garantie est requis. C’est une caution qui permet d’assurer la bonne fin des opérations en cas de défaillance d’une ou des parties. Puis, chaque jour, après la clôture du marché, vous recevez des notifications d’appels de marge. Ils correspondent aux profits ou pertes de votre position et dépendent de la réalisation (ou non) de votre anticipation. Ainsi, en cas de bonne anticipation, vous êtes bénéficiaire de l’appel de marge. Dans le cas contraire, vous êtes redevable de l’appel de marge. Dans l’hypothèse où le solde de votre compte ne suffit pas pour faire face à l’appel de marge, votre position peut être soldée et le dépôt de garantie servir à apurer l’appel de marge.

Comment solder sa position ?

Durant toute la vie du future, vous pouvez dénouer votre position. Cette décision s’avère impérative notamment lorsque votre anticipation semble s’éloigner de la réalité. Pour cela, il suffit de prendre une position de sens inverse à votre position initiale ! Si vous attendez l’échéance du future, l’opération est débouclée automatiquement. Il donne lieu soit au règlement d’un dernier appel de marge soit à la livraison de l’actif sous-jacent. La liquidation ou dénouement des futures arrivés à échéance a lieu le 3ème vendredi de chaque mois.

Quels sont les risques d’investir dans un future ?

Avec un dépôt de garantie initial faible, l’investisseur bénéfice d’un effet de levier. Attention, l’effet de levier fonctionne à la hausse comme à la baisse. Cela signifie qu’il amplifie aussi bien les gains que les pertes. Toute anticipation contraire au sens des marchés peut rapidement se traduire par une perte financière importante. Il est donc primordial de suivre attentivement l’évolution réelle du sous-jacent afin de déboucler à temps une position défavorable.

Comment acheter et vendre des futures ?

A Paris, les futures se négocient sur le marché réglementé des dérivés appelé le LIFFE. Ils peuvent être achetés et vendus tout au long de leur durée de vie, grâce à un intermédiaire, un courtier, qui achemine les ordres sur le marché. Euronext vous assure que votre ordre sera bien exécuté et la procédure effectuée dans les règles.

Quels sont les frais liés à un investissement dans les futures ?

Des frais de transaction sont demandés pour négocier des futures. Ils diffèrent d’un intermédiaire à l’autre. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre intermédiaire financier habituel.

En résumé

  • Le future est instrument très risqué. Il bénéficie d’un effet de levier qui amplifie aussi bien les gains que les pertes potentiels.
  • C’est un contrat ferme qui engage ses contreparties.
  • Un dépôt de garantie (entre 5% et 10% de la valeur du future) est demandé et des appels de marge sont versés en cas de gains ou de pertes potentiels.
  • Le future est négociable tout au long de sa durée de vie.
  • Il permet de se couvrir contre les fluctuations du marché mais aussi de profiter de la hausse du marché. 

Les options

Avertissement Les options sont des produits de spéculation risqués. En aucun cas ils ne répondent à des besoins d’investissement de moyen ou long terme.
N’investissez pas si :
- vous ne voulez pas prendre de risque pour votre épargne,
- vous ne comprenez pas le fonctionnement de ces produits.
Si vous investissez :
- n’y consacrez qu’une petite partie de votre épargne (pas plus de 5%),
- n’investissez dans ces produits que sur les sites internet autorisés en France, en vérifiant leur agrément et autorisation sur le site REGAFI (le registre des agents financiers).

Qu'est-ce qu’une option ?

Une option est un droit d’acheter ou de vendre une quantité d’actifs (actions, devises, matières premières, etc.) pendant une période et à un prix convenus à l’avance. L’exercice de ce droit n’est en aucun cas une obligation.

Il existe deux types d’options :

  • Une option d’achat (call) qui donne le droit à son détenteur d’acheter une certaine quantité d’actifs, à une date et un prix convenus à l’avance.
  • Une option de vente (put) qui donne le droit à son détenteur de vendre une certaine quantité d’actifs à une date et un prix convenus à l’avance.

On peut également différencier les options américaines des options européennes. La première catégorie permet d’exercer son droit d’acheter, ou de vendre, tout au long de la durée de vie de l’option. Les options européennes ne donnent pas la possibilité d’exercer son droit qu’à la date d’échéance de l’option.

Attention, pour les options sur actions, la « quotité » représente la quantité de titres sur laquelle porte un contrat d’options. Pour les options sur actions, elle est standardisée :

Une fois achetée, l’option peut être exercée, revendue pendant toute sa durée de vie ou bien conservée jusqu’à son expiration.

La durée d’une option peut varier de quelques semaines à quelques années. Chaque option a une durée de vie déterminée, avec une date d’échéance (fin de validité). L’échéance varie entre un jour à cinq ans. Votre intermédiaire financier pourra vous indiquer la date d’échéance.

Comment évolue le prix d’une option ?

Le prix de l’option (la prime) varie en permanence : il varie en fonction de celui du sous-jacent (action, indice, devise, matière première..) mais également en fonction de l’offre et de la demande. La prime d’une option est théoriquement composée de deux éléments : la valeur « intrinsèque » et la valeur « temps ». La valeur intrinsèque représente le profit qui serait perçu immédiatement si l’on décidait d’exercer l’option. La valeur temps s’ajoute à la valeur intrinsèque : elle représente plus ou moins la probabilité que la valeur intrinsèque augmente. Différents facteurs vont en effet influencer la valeur temps comme le taux d’intérêt, la maturité, la volatilité...

Quels sont les risques des options ?

Les options ne comportent aucune garantie de récupérer sa mise. Vous devez donc être conscient du fait qu'il est possible, dans le cas d’un achat de call ou de put, de perdre la prime payée au vendeur, si vous n’exercez pas votre option. Si vous êtes vendeur de call ou de put, vous aurez l’obligation d’acheter ou de vendre le sous-jacent, si l’autre partie du contrat exerce l’option. Dans ce cas, la perte potentielle est illimitée et dépend de l’évolution du cours du sous-jacent.  Par ailleurs, d’autres risques existent, comme les risques de liquidité (ne pas pouvoir revendre rapidement), de contrepartie (la faillite de votre intermédiaire), etc.

Comment acheter et vendre des options ?

Les options sont achetées et vendues sur le marché des options, lieu de rencontre entre les acheteurs et les vendeurs d’options. Ces derniers ne se rencontrent pas personnellement, mais grâce à un intermédiaire qui achemine les ordres sur le marché, un courtier en ligne, et plus rarement une banque de réseau.

Quels sont les frais liés à un investissement dans une option ?

La première somme à verser sera le prix de l’option. Il correspond à la prime à verser en échange du droit de vendre ou d’acheter les actifs sous-jacent.
Si vous décidez d’exercer par la suite votre option, vous paierez le strike, c’est à dire le prix du sous-jacent conclu dans le contrat, il est ferme et non modifiable.
Des frais vous seront prélevés pour la négociation des options. Ces frais varient d’un intermédiaire financier à un autre.

En résumé
 

  • Une option d’achat (call) qui donne le droit à son détenteur d’acheter une certaine quantité d’actifs, à une date et un prix convenus à l’avance.
  • Une option de vente (put) qui donne le droit à son détenteur de vendre une certaine quantité d’actifs à une date et un prix convenus à l’avance.
  • 100 titres par contrat pour les options de style américain ;
  • 10 titres par contrat pour les options de style européen.
  • Le choix d’options est très important (indices, devises, actions, matières premières…).
  • Pour un acheteur, l’exercice d’une option n’est pas obligatoire. Par contre, le vendeur peut être mis dans l’obligation de vendre ou d’acheter le sous-jacent.
  • Le risque de perdre sa mise est très important : le trading d’options n’est pas simple et nécessite une attention de chaque instant puisqu’une position peut vous faire perdre tout votre dépôt, voire plus, en quelques secondes.

Les warrants

Avertissement
Les warrants sont des produits de spéculation risqués. Ils ne répondent généralement pas à des besoins d’investissement de moyen ou long terme.
N’investissez pas si :
- vous ne voulez pas prendre de risque pour votre épargne,
- vous ne comprenez pas le fonctionnement de ces produits.
Si vous investissez :
- n’y consacrez qu’une petite partie de votre épargne (pas plus de 5%),
- n’investissez dans ces produits que sur les sites internet autorisés en France, en vérifiant leur agrément et autorisation sur le site REGAFI (le registre des agents financiers).

Qu’est ce qu’un warrant ?

Un warrant est un instrument financier qui donne à son détenteur le droit d’acheter (call warrant) ou de vendre (put warrant) un actif financier (le « sous-jacent ») à un prix (le « prix d’exercice ») et jusqu’à (ou à) une date d’échéance (maturité) fixés à l’avance. Financièrement, le principe est identique à une option ou, dans le cas d’un call, un bon de souscription d’actions. Le sous-jacent d’un warrant peut être une action, un indice, une devise, une matière première ou un taux d’intérêt et son prix d’exercice correspond au prix auquel le sous-jacent peut être acheté ou vendu à la date d’échéance du warrant. La durée d’un warrant peut être de quelques mois ou de quelques années. En achetant un warrant, un investisseur essaie d’anticiper le sens de l’évolution du cours de l’actif sous-jacent. Un call permet de se positionner à la hausse du cours du sous-jacent, et un put à la baisse.

Comment évolue le prix du warrant ?

Le prix du warrant (prime) évolue en fonction de plusieurs paramètres : sa durée de vie, son prix d’exercice, le cours du sous-jacent, les dividendes attendus, la volatilité et les taux d’intérêt. Il est très faible par rapport au prix du sous-jacent. Mais sa valeur peut fortement fluctuer puisque le warrant suit l’évolution de l’actif sous-jacent. C’est l’effet de levier. Les warrants sont émis par des établissements financiers qui assurent eux-mêmes la tenue de marché de leurs warrants. L’émetteur de warrants assure l’encadrement des cours et la liquidité du carnet d’ordres selon des règles définies par l’entreprise de marché, Euronext.

Quels sont les risques liés aux warrants ?

L’effet de levier : L’investisseur peut bénéficier d’un fort effet de levier. En cas de parfaite anticipation de la variation d’un sous-jacent, les gains potentiels sont démultipliés. En revanche, si l’anticipation s’avère fausse, la prime peut baisser fortement en quelques heures ou quelques jours. Toutefois la perte maximale est limitée au montant de la somme investie.

Le temps : Le temps joue contre la valeur du warrant : celui-ci perd de la valeur à mesure que l’échéance s’approche (on parle de « maturité »). Les warrants de courte durée seront beaucoup plus sensibles au temps que les warrants de longue durée.

La volatilité : elle représente l’amplitude passée (volatilité historique) ou anticipée (volatilité implicite) avec laquelle les cours de l’actif sous-jacent évoluent à la hausse comme à la baisse. Plus elle est grande, plus la prime du warrant sera élevée car il existe alors une probabilité plus grande que le prix d’exercice soit atteint. En revanche, lorsque l’incertitude sur l’évolution du cours du sous-jacent baisse, la volatilité tend à baisser et la valeur du warrant peut également baisser même si la tendance du sous-jacent correspond à l’anticipation qui a été faite.

Comment acheter et vendre des warrants ?

Pour passer un ordre sur un warrant, il suffit d’un compte titres ouvert chez un intermédiaire financier. Les warrants peuvent s’échanger sur une plage horaire plus importante que les actions, 8h – 22h par exemple. Ils peuvent ainsi être achetés puis revendus avant leur date d’échéance autant de fois que souhaité.

Quels sont les frais liés à un investissement dans un warrant ?

Comme pour tout ordre de bourse, vous devrez vous acquitter de frais de courtage (et éventuellement de droits de garde) auprès de votre intermédiaire financier. Ces frais sont variables selon les intermédiaires. L’écart entre le prix d’achat et de vente du warrant (la « fourchette de prix ») représente également un coût pour l’investisseur.

En résumé

  • Les warrants permettent de se positionner à la hausse ou à la baisse des cours d'un actif sous-jacent avec un effet de levier.
  • Ce sont des instruments de spéculation risqués réservés à des investisseurs très avertis.
  • Le temps qui court réduit la valeur du warrant.
  • L’effet de levier amplifie les gains et les pertes. En cas de mauvaise anticipation de l’évolution du sous-jacent, le porteur peut perdre la totalité de son investissement, même avant l’échéance.

Les Turbos

AvertissementLes Turbos sont des produits de spéculation risqués. En aucun cas, ils ne répondent à des besoins d’investissement de moyen ou long terme.
N’investissez pas si :
- vous ne voulez pas prendre de risque pour votre épargne,
- vous ne comprenez pas le fonctionnement de ces produits.
Si vous investissez :
- n’y consacrez qu’une petite partie de votre épargne (pas plus de 5%),
- n’investissez dans ces produits que sur les sites internet autorisés en France, en vérifiant leur agrément et autorisation sur le site REGAFI (le registre des agents financiers).

Qu'est-ce qu’un Turbo ?

Les Turbos permettent de se positionner sur l’évolution du cours d’un actif financier appelé le sous-jacent (une action, un indice boursier, une matière première, une devise …), sans avoir à détenir cet actif. Si vous estimez que le cours du sous-jacent va monter, vous achèterez un Turbo call. Cela revient à acquérir le droit d’acheter plus tard à un prix déterminé à l’avance le sous-jacent du Turbo (au « prix d’exercice » ou strike). Au contraire, si vous estimez que le cours du sous-jacent va baisser, vous achèterez un Turbo put. Dans ce cas, vous acquérez le droit de vendre le sous-jacent du Turbo à un prix déterminé à l’avance (au prix d’exercice ou strike).
L’élément essentiel du Turbo est la barrière désactivante (knock out) ou « seuil de sécurité ». Lorsque le cours de l’actif sur lequel est basé le Turbo atteint ce seuil, le Turbo est immédiatement « désactivé », c’est-à-dire qu’il est radié de la cotation. Il ne peut plus être échangé. Dans le cas des Turbos « classiques », il perd alors toute valeur. Dans le cas de certains « Turbos Infinis / Illimités », il est remboursé à sa valeur résiduelle, différence entre la barrière désactivante et le prix d’exercice (ajustée de la parité et d’un éventuel taux de change). Cette valeur est souvent nulle ou très faible, le seuil étant souvent égal ou proche du prix d’exercice.

Les Turbos "classiques" ont une durée de vie fixée à l’avance : la date d’échéance (ou « date de maturité »). Les Turbos Infinis / Illimités n’ont pas de date d’échéance, ils ont une durée de vie infinie.

Quels sont les risques ?

Les Turbos comportent des risques importants en raison de l’effet de levier. A très court terme, il est difficile de prévoir l’évolution d’un actif sous-jacent. Si son évolution ne se fait pas dans le sens que vous avez anticipé, le risque est de perdre toute votre mise de départ à cause de l’ « effet de levier » : les variations de la valeur du Turbo amplifient celles du sous-jacent. Il peut y avoir aussi des décalages entre le moment où vous passez votre ordre et le moment où celui-ci est exécuté. En quelques secondes, le cours du sous-jacent peut aller dans le sens inverse à celui que vous aviez envisagé. Par ailleurs, si le cours du sous-jacent atteint la barrière désactivante du Turbo, ce dernier peut avoir une valeur nulle ou proche de zéro.

Les caractéristiques du Turbo peuvent changer au cours de sa vie et ne plus correspondre au produit que vous aviez acheté (après une suspension de cotation par exemple).

Comment est calculé le prix d’un Turbo ?

Les Turbos sont émis par les établissements financiers. Ils ne sont pas cotés selon l’offre et la demande mais par un « teneur de marché » dont la mission est d’assurer l’encadrement des cours et la liquidité du carnet d’ordres selon des règles définies par l’entreprise de marché, Euronext. Le prix du Turbo se calcule en faisant la différence entre le cours du sous-jacent et le prix d’exercice du Turbo (fixé par l’établissement émetteur, ajusté de la parité et éventuellement du taux de change entre la devise du sous-jacent et l’euro). A ceci s’ajoute une prime de risque calculée par l’émetteur. Ainsi, le prix du Turbo évolue en temps réel dans la journée en fonction de l’évolution du prix du sous-jacent.

Comment acheter et vendre des Turbos ?

Après avoir ouvert un compte titres ordinaire vous pouvez passer des ordres via votre intermédiaire habituel. Les Turbos peuvent s’échanger sur une plage horaire plus importante que les actions, 8h – 22h par exemple.

Quels sont les frais liés à un investissement dans un Turbo ?

Acheter et vendre des Turbos entraîne plusieurs types de frais. Lorsque vous achetez un Turbo, vous investissez une somme qui ne correspond qu’à une partie de la valeur de l’actif sous-jacent. L’émetteur finance le reste, ce qui implique que des frais de financement sont intégrés dans le mécanisme du Turbo. L’écart entre le prix d’achat et de vente du Turbo (la « fourchette de prix ») représente également un coût pour l’investisseur. Enfin, vous devrez vous acquitter des frais de transaction comme pour l’achat ou la vente d’actions.

En résumé

  • Les Turbos permettent de se positionner à la hausse ou à la baisse des cours d’un actif sous-jacent avec un effet de levier.
  • Les risques sont multiples et importants ; le trading de Turbos est complexe et nécessite une attention de chaque instant ; l’effet de levier multiplie les possibilités de gain et de perte ; une position peut vous faire perdre votre investissement, mais en aucun cas plus, en quelques secondes.
  • Les Turbos peuvent être radiés de la cotation avant leur date d’échéance si la barrière désactivante est touchée.
     

 

Haut de page

Mentions légales